F1

Publié le dimanche 16 septembre 2018 à 19:15 | Mis à jour le 16/09/2018 à 19:27

Qui a brillé ce dimanche autour du Marina Bay ? Qui s’est loupé ? Retrouvez notre carnet de notes du Grand Prix de Singapour… avec plus ou moins de bonne foi.

Formule 1 - Formule 1 - Hamilton a passé un week-end parfait. (Reuters)

Hamilton a passé un week-end parfait. (Reuters)

Lewis Hamilton : 18/20

Au lendemain de son extraordinaire tour de qualification, Lewis Hamilton (Mercedes) a réussi une course quasi-parfaite. En tête de bout en bout, il n’a été inquiété qu’une seule fois, quand quelques retardataires ont permis à son poursuivant, Max Verstappen (Red Bull), de légèrement recoller. «Après ça, ça a été : une fois que je les ai passés, j’ai pu mettre le pied au plancher», sourit le Britannique. Avec quatre succès à Singapour, il égale le record de Sebastian Vettel, sur lequel il possède désormais 40 points d’avance au Championnat.

Max Verstappen : 16/20

Libéré de toute pression inhérente au championnat, Verstappen a obtenu «le meilleur résultat possible» en décrochant la deuxième place du Grand Prix. Dépassé par Vettel avant l’intervention de la safety car, le Néerlandais s’est rattrapé en sortant des stands devant son rival allemand, qui ne l’a plus rattrapé. Hamilton, lui était intouchable. Le pilote Red Bull pourra toutefois regretter de n’avoir pas su profiter du trafic dense et peu coopératif auquel s’est heurté le Britannique.

Fernando Alonso : 15/20

Fernando Alonso (McLaren) ne cachait pas que cette septième place était pour lui «une petite victoire». L’Espagnol, qui tirera sa révérence en F1 à l’issue de la saison, a en effet réussi une jolie performance sur le circuit de Marina Bay : premier derrière les trois écuries majeur (Mercedes, Ferrari, Red Bull), il a réussi l’un des meilleurs tours de la soirée, et a réussi une belle remontée depuis sa 11e place sur la grille de départ. «A la fin, on avait la voiture la plus rapide, assure-t-il. C’était une course magique.»

Charles Leclerc : 13/20

Autre perf’ inattendue : celle de Charles Leclerc (Sauber), neuvième au bout «d’une course parfaite, avec une bonne gestion des pneus». Pour le Monégasque, qui filera chez Ferrari l’an prochain, c’est un résultat «incroyable, surtout après un vendredi pareil». Le jeune pilote (20 ans) découvrait pourtant le circuit de Singapour – et il s’en souviendra. «Ce fut la course la plus dure de l’année, et de loin, a-t-il soufflé. Vraiment, vraiment, vraiment difficile.»

Ferrari : 10/20

Ils avaient survolé la dernière séance d’essais libres, et avaient parfaitement débuté leurs qualifications. Mais Sebastian Vettel (3e), parti à la faute vendredi, et Kimi Räikkönen (5e) doivent finalement se contenter des places d’honneur à Singapour. Leur agressivité en début de course n’a pas payé, et l’Allemand a vu Hamilton creuser inexorablement son avance en tête. «Ferrari semble avoir perdu en performance, je ne sais pas où est passée leur vitesse…», s’est même étonné le Britannique.

Le suspense : 5/20

Il faut le reconnaître : ce Grand Prix n’était pas le plus renversant de l’année. Peu de dépassements chez les cadors, pas de grande explication, aucun changement météorologique susceptible de rebattre les cartes. Les six premiers pilote sur la grille ont conservé leur place pendant la quasi-totalité de la course, et ont fini exactement à la même place à l’arrivée. En tête, l’écrasante domination d’Hamilton et l’impuissance des Ferrari derrière a vite tué tout suspense.

Force India : 4/20

Week-end cauchemardesque pour l’écurie rose, qui espérait placer ses deux monoplaces dans les points. Dès le troisième virage, Sergio Perez a tassé Esteban Ocon dans les barrières, provoquant son abandon. Puis le pilote mexicain a donné un bon coup de roues dans la voiture de Sergey Sirotkin, avec lequel il était à la lutte depuis quelques tours. Résultat : une pénalité et une bien triste 16e place. «Inacceptable», pour le directeur de l’équipe.