Sebastian Vettel pense que les problèmes de Ferrari auraient été « pires » si Pirelli n’avait pas apporté des pneus moins épais.