TOPS

Le premier podium d’Alexander Albon
Hamilton l’en avait privé au Brésil en 2019 et en Autriche en début de saison, cette fois-ci Alexander Albon tient son premier podium en F1. Le Thaïlandais a livré une course solide avec de beaux dépassements, notamment celui sur Ricciardo en fin de course, pour décrocher sa troisième place. Un résultat important pour le pilote de Red Bull, vivement critiqué pour ses résultats très moyens, qui souffre de la comparaison avec le prodige Max Verstappen. Cela pourrait provoquer un déclic pour Albon mais il faudra confirmer dans deux semaines en Russie.

»LIRE AUSSI – Hamilton imperturbable dans le chaos toscan, premier podium pour Albon

Le carton plein de Lewis Hamilton
Schéma classique pour le Britannique : la pole le samedi, le meilleur tour et la victoire le dimanche. Sa 90e en carrière. Lewis Hamilton règne en maître sur la F1 depuis des années et il n’est plus qu’à un seul succès du record de victoires de Michael Schumacher (91). Dimanche, malgré un départ manqué, le sextuple champion du monde est parvenu à reprendre le meilleur sur Bottas après le premier drapeau rouge pour ne plus lâcher la tête. Et quand le Finlandais s’est rapproché de lui en fin de course, il a accéléré pour aller chercher le meilleur tour et le point supplémentaire, histoire de mettre un coup de plus sur la tête de son coéquipier. Impérial.

»LIRE AUSSI – Classement Pilotes 2020

Ricciardo y était presque
2011. Renault attend un podium depuis neuf ans et le Grand Prix de Malaisie. Daniel Ricciardo a bien failli rejoindre Nick Heidfeld au palmarès mais la fin de course a été délicate pour l’Australien. Pourtant, il était passé au travers de tous les incidents. Il avait anticipé son premier arrêt, avec succès, pour dépasser Stroll et tenait alors la troisième position. Mieux encore, il était même deuxième à douze tours du but après un restart parfait qui lui avait permis de dépasser Bottas. Mais le Finlandais est repassé et Albon l’a imité quelques tours plus tard. Ricciardo doit finalement se contenter d’une quatrième place, la troisième lors des six dernières courses. L’Australien prouve sa régularité et apporte, tout de même, de précieux points à Renault.

FLOPS

Ferrari toujours dans le dur
La Scuderia fêtait son 1000e Grand Prix en Formule 1 mais il n’y aura pas grand-chose à célébrer ce dimanche soir. Leclerc (8e) et Vettel (10e) ont, certes, tous les deux finis dans les points mais surtout grâce à l’abandon de huit pilotes. Sinon, le top 10 aurait été une chimère. La Ferrari a encore une fois manqué de vitesse. Leclerc en est l’exemple parfait. Troisième après le restart suite au premier drapeau rouge, le Monégasque, dans l’incapacité de lutter à la régulière, n’a cessé de rétrograder tour après tour et a fini par rentrer dans le rang. De son côté, Vettel a longtemps bataillé avec … la Williams de Russell pour rentrer dans les points. C’est dire le niveau de performance de la Ferrari.

Un restart sous voiture de sécurité très dangereux
Avant les drapeaux rouges, les incidents du premier tour avaient fait intervenir la voiture de sécurité. Au moment de la relance, à la fin du 6e tour, Bottas menait la course et gérait donc le nouveau départ de la course. Mais, il a beaucoup joué avec le règlement, notamment en attendant la ligne d’arrivée avant d’accélérer, ce qui a provoqué des ralentissements derrière et un énorme crash avec Giovinazzi, Latifi, Magnussen et Sainz. Sans dommage physique pour les pilotes, et heureusement, mais cela aurait pu être beaucoup plus grave.

A lire aussi