Après les menaces de boycott de Kylian Mbappé, la Fédération française de football va renégocier la convention de droits à l’image des joueurs de l’équipe de France. KFC, sponsor des Bleus, le regrette.

Le feuilleton continue. «C’est un problème entre la Fédération et Kylian Mbappé. Pas le nôtre», a confié Alain Béral, président de la Ligue nationale de basket (LNB) et vice-président France de la chaîne de fast-food KFC, sur le site Sport Business Club. Le problème en question est la convention sur les droits à l’image concernant les joueurs des Bleus, que l’attaquant parisien demande à réviser, menaçant tout comme au mois de mars de participer aux opérations marketing avec les sponsors.

Dans un communiqué publié lundi, la Fédération française de football a annoncé vouloir réviser cette convention «dans les plus brefs délais». Une décision qui ne passe pas du côté des principaux sponsors des Bleus, censés bénéficier de la mise à disposition des joueurs. «S’il le faut, nous ferons valoir nos droits», a menacé Alain Béral. Le dirigeant estime que Kylian Mbappé, en pleine « crise de jeunesse », faisait un « caprice ».

Il craint aussi «la fin du financement des fédérations et des ligues par des acteurs privés, si les joueurs ne veulent plus signer», conséquence du bras de fer engagé par Mbappé, en pleine «crise de jeunesse» et auteur d’un «caprice» selon lui. En coulisse, les tractations continuent.