Le président de la Ligue nationale de handball a accepté une peine d’un an de prison avec sursis et une amende de 2500 euros.

Bruno Martini, l’ancien gardien de but de l’équipe de France de handball, champion du monde et actuel président de la ligue nationale (LNH), a accepté une peine de douze mois de prison avec sursis et 2.500 euros d’amende pour corruption de mineur et enregistrement d’images pédopornographiques, a indiqué mercredi le parquet de Paris, confirmant une information de Libération.

Le parquet lui a proposé une peine de douze mois de prison avec sursis, une amende de 2.500 euros et cinq ans d’interdiction d’exercer une activité impliquant un contact avec des mineurs, ce qu’il a accepté. Cette sanction doit désormais être homologuée mercredi par un juge du tribunal judiciaire de Paris lors d’une audience de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC), sorte de plaider-coupable à la française.

À ce stade, les enquêteurs n’ont pas eu connaissance d’autres victimes, hormis l’adolescent de 13 ans, a-t-on ajouté de source proche du dossier.