L’épéiste français avait été interdit de participation aux JO de Tokyo à l’été 2021 pour dopage. Il a finalement été reconnu non coupable.

L’escrimeur français Daniel Jerent, privé des JO de Tokyo en raison de la présence d’une molécule interdite dans une poche de sang transfusée après un accident de la route, n’a commis «aucune faute» et «ne peut faire l’objet d’une sanction», selon une décision de la commission des sanctions obtenue par l’AFP.

L’épéiste, champion olympique par équipes à Rio en 2016, qui avait refusé de signer un accord à l’amiable avec l’Agence française de lutte antidopage (AFLD) ne prévoyant aucune sanction mais reconnaissant une violation des règles, avait demandé le 8 juin devant la commission des sanctions «une reconnaissance claire et nette» de son innocence.