Charles Leclerc, vice-champion du monde en 2022 avec Ferrari, derrière l’intouchable Max Verstappen.

Vice-champion du monde après sa deuxième place à Abou Dhabi, le Monégasque Charles Leclerc a ciblé dimanche les éléments clés à améliorer pour que Ferrari puisse à nouveau viser le titre mondial en 2023.

Face à Max Verstappen (Red Bull), titré pour la deuxième fois d’affilée en 2022, Leclerc a ciblé «trois éléments clés»: la fiabilité, la stratégie et la gestion des pneus.

Fiabilité, stratégie et gestion du temps

«La fiabilité a été un problème à un moment de la saison, dont nous avons payé le prix plus tard avec des pénalités», en raison de changements de pièces trop importants sur la monoplace ou le moteur, a expliqué le pilote aux deux abandons mécaniques cette saison (Espagne, Azerbaïdjan).

«La stratégie. Je pense que nous avons fait trop d’erreurs cette saison», a-t-il estimé, après avoir notamment perdu des points cruciaux à Monaco ou à Silverstone pour cette raison. «Aujourd’hui a été une bonne course mais nous avons eu de très mauvaises courses».

Sur les pneus, «nous ne semblons pas encore avoir compris comment avoir une bonne gestion tout le temps», a-t-il relevé.

Une 2e place pour Leclerc et des regrets

«Ce sont donc les trois aspects clés sur lesquels nous nous concentrons en ce moment», avant la prochaine saison qui commence le 5 mars à Bahreïn.

D’un point de vue personnel, il a regretté son accident sur le circuit Paul Ricard à mi-saison: «j’aurais pu moins forcer à certaines occasions, comme en France», où il est sorti de la piste alors qu’il menait facilement.

Leclerc, 25 ans, termine l’année avec neuf pole positions mais trois victoires seulement, contre 15 à Verstappen. Avec trois points de plus que Sergio Pérez (Red Bull), il a assuré sa deuxième place au championnat, mais termine à 146 points de Verstappen.

Ferrari n’a plus eu le titre de champion pilote depuis 2007 avec Kimi Raikkonen.