L’ancien chef d’État a été élu à la présidence d’un club de première division bolivienne.

Des syndicats boliviens de planteurs de coca ont élu l’ancien président Evo Morales à la présidence du club de première division de football de Palmaflor, a annoncé jeudi l’un de ses dirigeants. «Comme président de l’équipe Palmaflor, nous avons notre frère Evo Morales Ayma», président de la Bolivie de 2006 à 2019, a déclaré Roly Jaldin, membre de la Fédération des producteurs de coca Carrasco Tropical, dans le centre du pays.

Evo Morales a évoqué l’année dernière un projet d’acquisition du club sans préciser ses futures fonctions. Six syndicats de paysans récolteurs de coca, dont l’ancien président de gauche est le leader incontesté, avaient aussi négocié l’année dernière le rachat gratuit du club de football. M. Morales, 63 ans, est lui-même un ex-paysan cocalero (producteur de coca) issu de la minorité amérindienne des Aymaras. Premier président indigène de Bolivie, Evo Morales avait démissionné en 2019, sous la pression de manifestations de l’opposition qui contestait sa réélection pour un quatrième mandat.

«Nous avons déjà un conseil d’administration formé, qui dirigera et gérera toute l’équipe de Palmaflor», a ajouté Roly Jardin. Parmi ses membres, qui appartiennent en majorité au syndicat des cultivateurs de coca, figure le président du Sénat bolivien, Andronico Rodriguez, un producteur de coca.

Le directeur sportif de l’équipe sera Tito Montano, ancien joueur de football et ministre des Sports sous la présidence de Morales. Palmaflor appartenait à de petits commerçants d’or basés dans la ville de Quillacollo (centre). Le club s’est relocalisé à Villa Tunari, dans le Chaparé, une région rurale où est cultivée la coca. Son stade «Bicentenario» à une capacité de 25.000 spectateurs.

Palmaflor a terminé 5e du championnat de Bolivie la saison dernière et participe à la Copa Sudamericana. Il affrontera un autre club bolivien, Blooming, en match aller de la première phase de la compétition le 9 mars.