Corentin Horeau DR

Malgré sa 6e place sur le dernier tronçon entre Roscoff et Piriac-sur-M, le Trinitain s’est offert la nuit dernière son grand rêve.

Envoyé spécial à Piriac-sur-Mer

La joie est totale pour Corentin Horeau. « C’est un rêve que j’ai depuis tout petit et pour ma 7e participation, je sentais que j’étais bien cette année, avec une bonne préparation, avoue-t-il après avoir remporté la Solitaire. Il y a eu le support de Banque Populaire au dernier moment pour faire ça. Cela à rajouter une dose de confiance en plus. C’est un peu le sponsor rêvé, c’est la banque de la voile et je les vois depuis gamin. »

Sous le coup des émotions, le Trinitain s’est offert la nuit dernière son grand rêve. «Je ne réalise pas trop, cela fait 24 heures que j’y pense. Je ne voulais pas la louper celle-là. Ce n’est pas la plus belle des Solitaires, j’ai navigué comme un comptable je dirais. En évoluant dans la flotte sans prendre trop de risque. Mais c’était la manière qu’il fallait avoir pour gagner cette année. Et remporter cette épreuve permet de passer sur des bateaux supérieurs

Une fois le calme revenu, Hoarau analyse aussi la course et la concurrence sur cette édition 2023. «Je ne pensais pas que Basile Bourgon (Edenred) allait être à ce niveau-là sur la Solitaire. J’ai navigué avec lui sur le Tour de Bretagne et j’avais vu qu’il était très bon et super propre. Mais de là à faire des coups, à dominer comme il a fait, chapeau bas à lui. Il en gagnera des Solitaires, ça s’est sûr, il n’a que 21 ans. C’est un super pote et avec Loïs Berrehar (Skipper Macif 2022), le podium est 100% trinitain. Je suis content pour Loïs car l’an dernier, à la même époque, on était au fond du trou. Lewis Hamilton a dit que l’important n’était pas la chute mais c’est la puissance du rebond. »

Sur Benoît Tuduri (CAPSO En Cavale), vainqueur de la 3e étape à Piriac-sur-mer jeudi matin, les éloges sont là également. « C’est top, c’est la relève. Il navigue super bien. Lui ne navigue pas comme un comptable. Dès qu’il y a une opportunité, il la prend. Dans la peau d’un favori, c’est plus compliqué de sauter sur toutes les opportunités. Lui se fait plaisir et il gagnera lui aussi un jour. »