LE SCAN SPORT – Le Russe affirme avoir fait l’objet d’insultes de la part de deux individus lors de son 16e de finale en milieu de semaine face à Ruusuvuori.

Il a beau s’être publiquement exprimé pour l’arrêt de la guerre, Andrey Rublev, joueur russe, reste dans le collimateur de certains supporters ukrainiens ou spectateurs, soutiens du pays envahi depuis février 2022 par l’armée russe. Alors qu’il bataillait sur le court face au Finlandais Emil Ruusuvuori en seizièmes de finale jeudi, deux spectateurs en tribune placés à quelques mètres de la chaise du joueur ont déployé un drapeau ukrainien. Mais ces derniers auraient surtout eu des propos déplacés à l’encontre de Rublev.

C’est en tout cas la version du joueur qui s’est plaint à l’arbitre à la fin du match du comportement des deux individus. «Ce n’était pas une question de drapeau. J’ai dit tout de suite à l’arbitre, ce n’est pas une question de drapeau, ils peuvent mettre n’importe quel drapeau qu’ils veulent, je comprends tout à fait la situation. C’est plutôt qu’ils ont commencé à me dire de gros mots et de mauvaises choses», avait déploré, après la rencontre, la tête de série n°5 qui avait effectivement expliqué sur le court à l’arbitre n’avoir absolument rien contre le déploiement d’un drapeau ukrainien.

Un drapeau ukrainien déployé pendant le match entre Rublev et Thiem au premier tour. ANTHONY WALLACE / AFP

Rublev un des premiers joueurs russes à dénoncer la guerre en Ukraine

Depuis février 2022, Rublev a plusieurs fois montré son opposition à la guerre. Quelques jours après l’invasion russe, il avait écrit «No war, please» (pas de guerre, s’il vous plaît) alors qu’il disputait le tournoi de Dubaï. «Quand tout a commencé là-bas, j’avais commencé à recevoir beaucoup de mauvais messages. J’ai juste écrit ce que je ressentais à ce moment-là. Après, il y a eu plus de 22 millions de vues. Je pense avoir été l’un des premiers sportifs au monde à m’être exprimé là-dessus. À la fin, tous les messages que j’ai reçus, presque 100% d’entre eux, n’étaient que positifs», avait réagi le joueur touché par cette vague de soutiens.