Cincinnati a dominé Buffalo la nuit dernière, tandis que San Francisco en faisait de même avec Dallas.

Cincinnati, guidé par Joe Burrow, et San Francisco, porté par sa défense, ont vaincu Buffalo (27-10) et Dallas (19-12), dimanche, lors des play-offs de la NFL, pour renouer comme l’an passé avec les finales de conférences, où les attendent Kansas City et Philadelphie.

Comme on se retrouve : les Bengals affronteront les Chiefs, qu’ils avaient battus (27-24 après prolongation) à ce stade l’an passé, un peu à la surprise générale. Un esprit de revanche animera forcément ces derniers, mais la méfiance s’y mêlera face à la franchise de l’Ohio, finaliste du dernier Super Bowl perdu à Los Angeles face aux Rams. Ce duel entre «deux des meilleures équipes de la ligue» sera aussi celui entre «deux des meilleurs quarterbacks de la ligue», selon les propos de Burrow, qui possède un avantage psychologique puisqu’il a battu son rival trois fois en autant de confrontations.

Sous les yeux de Damar Hamlin

Et pour qu’il tienne ses promesses, il faudra que Mahomes soit en pleine possession de ses moyens. Car il a joué sur une jambe samedi, victime d’une entorse à la cheville droite lors de la victoire péniblement obtenue contre Jacksonville (27-20). En attendant, il a pu voir Burrow réussir un récital sur la pelouse enneigée de Buffalo. Le «QB» des Bengals a en effet trouvé Ja’Marr Chase, puis Hayden Hurst, pour deux touchdowns dès le premier quart-temps (14-0). Cueillis à froid sous les yeux de leur joueur Damar Hamlin, présent en loges et ovationné debout par les fans, trois semaines après la crise cardiaque dont il a été victime sur le terrain de Cincinnati, les Bills ont réduit la marque dans le deuxième quart-temps par leur «QB» Josh Allen, parti au touchdown à la course (14-7).

Joe Burrow

Notre domination a duré du début à la fin, c’est ce que nous attendions.

Mais Cincinnati restait devant et bien au-dessus, à l’image de Burrow trouvant encore Chase dans la zone d’en-but, sans que ce dernier ne contrôle toutefois le ballon. Juste après ce touchdown invalidé, Evan McPherson a ajouté trois points au pied (17-7). Au retour des vestiaires, le botteur de Buffalo, Tyler Bass, en a fait de même, mais en fin de troisième quart-temps, les Bengals ont accentué leur avance avec un troisième touchdown à la course de Joe Mixon (24-10). Dans les douze dernières minutes, leur arrière-garde a été intraitable en infligeant notamment un gros sack (plaquage) et une interception à Josh Allen. Et Burrow, de saluer la performance de l’équipe: «C’était un match complet de la part de tout le monde. Notre domination a duré du début à la fin, c’est ce que nous attendions. Mais le travail n’est pas terminé, nous avons un autre gros match la semaine prochaine à l’extérieur, il me tarde».

San Francisco a été patient

A San Francisco, les 49ers sont sortis vainqueur d’un bras de fer assez serré face aux Cowboys, en s’appuyant comme d’habitude sur leur redoutable défense. La seule fois où elle a cédé, ce fut au 2e quart-temps quand Dalton Schultz a réussi le touchdown sur une passe de Dak Prescott. C’est la seule fois aussi où Dallas a mené (6-3). Sans encore prendre à défaut l’arrière-garde texane, les Californiens s’en sont remis à la botte de Robbie Gould à trois reprises, pour mener à la pause (9-6).

SF, qui a entre-temps aussi intercepté deux lancers de Prescott, a fini par percer la muraille des Cowboys, au début du dernier quart-temps, Christian McCaffrey allant au touchdown (16-9). Cette possession n’aurait pas pu aller au bout si George Kittle, rare joueur à apporter de la fantaisie dans ce match, n’avait pas joué les funambules à la réception d’une passe longue de 30 yards du rookie Brook Purdy.