Le célèbre retraité a, le temps d’une exhibition, retrouvé sa panoplie de joueur, parlé de son quotidien et évoqué son avenir.

Le 23 septembre, en larmes, main dans la main avec son meilleur ennemi Rafael Nadal, Roger Federer quittait la scène. À son palmarès brillaient 103 titres (dont 20 en Grand Chelem et 28 en Masters 1000, 1 Coupe Davis, 2 médailles olympiques…). Touché par les témoignages qui ont accompagné son départ merveilleusement mis en scène lors de la Laver Cup, à Londres, le Suisse avait ensuite fait l’impasse sur le tournoi de Bâle (dont il est le recordman, avec 10 titres) mais avait promis qu’il reviendrait prochainement sur les courts.

Le Suisse a vite tenu parole. À l’invitation d’Uniqlo, l’un de ses sponsors, il a animé une exhibition à Tokyo. Au menu, spectacle son et lumière, échanges avec Kei Nishikori et Shingo Kunieda, notamment. En 2021, blessé il n’avait pas participé aux Jeux olympiques de Tokyo. Roger Federer a pu satisfaire ses nombreux supporters japonais et fouler l’Ariake Coliseum (où furent sacrés Belinda Bencic et Alexander Zverev).

Lors d’une conférence de presse, dans des propos rapportés par Le Matin, le légendaire Suisse a évoqué les contours de sa nouvelle vie : « Quand tu es joueur de tennis, tu penses toujours à ton prochain entraînement, ton prochain voyage, ton prochain match. Ces pensées sont tout le temps avec toi. Et franchement, je crois que je ne m’étais pas rendu compte de la place que cela prenait dans mon esprit. C’est au moment où tu arrêtes que tu réalises la quantité de stress qui s’en va. Prenez l’exemple du contrôle antidopage: il fallait donner une heure par jour de disponibilité. C’est toujours présent dans ta tête. Et quand tout ceci se termine, tu te sens d’un coup vraiment plus léger, comme soulagé de pouvoir enfin vivre normalement, après 25 ans. »

Quant à l’hypothèse de le voir s’aventurer dans un rôle de coach, Roger Federer a glissé au Matin : « Il ne faut jamais dire jamais. Stefan Edberg avait dit jamais jusqu’à ce qu’il reçoive mon coup de fil. Mais avec les quatre enfants qui vont à l’école, je ne me vois pas le faire. Mais si un junior suisse a besoin de soutien ou d’un conseil, je serais ravi de l’aider. » On reverra Federer sur ou autour des courts…