Le Suisse s’est offert un succès de prestige face au Russe, 4e mondial, lors du 2e tour à Metz.

Le Russe Daniil Medvedev, 4e mondial, ne s’est pas rassuré avant les Masters de novembre en prenant la porte dès son entrée en lice dans le tournoi de Metz, battu par le revenant suisse Stan Wawrinka en trois sets 6-4, 6-7 (7/9), 6-3, jeudi au 2e tour. «Je suis très heureux du niveau de jeu que j’ai proposé aujourd’hui», appréciait l’Helvète de 37 ans, qui a été arrêté un an, entre mars 2021 et mars 2022, en raison d’une blessure aux tendons. «C’est pour vivre de tels moments que j’ai tout fait pour revenir.»

Proposant un tennis digne de ses plus belles années, Wawrinka, qui fut numéro 3 mondial en 2014 avant de sombrer au classement en raison de blessures à répétition, n’a pas tremblé pour sortir la tête de série 1 du tournoi en 2 heures 24 minutes de jeu. Régulier face à un adversaire alternant le bon et le mauvais (neuf aces mais douze doubles fautes pour le Russe), Wawrinka a pris le service de Medvedev à 4-3 pour rafler le premier set (6-4).

Piqué au vif, l’ancien numéro 1 mondial semblait pouvoir prendre la direction des opérations en breakant son adversaire rapidement dans le deuxième set, mais il perdait tout aussi vite son service et les deux joueurs se retrouvaient dans un jeu décisif haletant. Medvedev prenait le large (4-1) mais le Suisse revenait à 5-5 et se procurait même une balle de match, gâchée d’un revers dans le couloir, avant de céder la deuxième manche (9/7). Les spectateurs, tout acquis à la cause du Suisse, pouvaient alors craindre que celui-ci lâche physiquement, lui qui a été arrêté de longs mois en raison d’une blessure aux tendons.

Stan était mieux que moi et il a gagné.

Daniil Medvedev

Mais Wawrinka, qui a dû en passer par les qualifications pour intégrer le tableau principal, repartait de plus belle pour mener 3-0 en réussissant un jeu blanc sur le service adverse, et ne lâchait rien quand son adversaire recollait à 3-3. Il finissait par s’imposer sur sa troisième balle de match (6-3). «Stan était mieux que moi et il a gagné», reconnaissait Medvedev. «J’ai essayé de m’accrocher, j’avais des opportunités mais ce n’était pas assez bien. Mais respect à Stan pour ce qu’il a fait, je n’ai pas pensé qu’il avait 37 ans.»

En quart de finale du Moselle Open, Wawrinka sera opposé, vendredi, au Suédois Mikael Ymer (100e). Le Suisse, triple vainqueur en Grand Chelem (Australie 2014, Roland-Garros 2015 et US Open 2016), n’avait plus franchi deux tours d’un tournoi sur le circuit principal depuis le Masters 1000 de Rome, début mai, avant d’être sèchement battu par Novak Djokovic. Dans les autres matches de la journée, le Polonais Hubert Hurkacz, 10e mondial et tenant du titre, a sorti l’Autrichien Dominic Thiem et se pose de plus en plus en favori du Moselle Open. L’Italien Lorenzo Sonego (65e) a battu, en deux sets, 7-6 (7/1), 6-2, le Français Gilles Simon (wild-card et 284e), triple vainqueur du Moselle, qui arrêtera sa carrière en fin de saison