PORTRAIT – Vainqueur de la Transat Jacques Vabre avec Lagravière, le Dunkerquois signe son premier succès majeur en Imoca.

Envoyé spécial à Fort-de-France

Jeudi, à l’heure de déguster un bon Ti nain morue les pieds dans l’eau, Thomas Ruyant irradiait sur le ponton de Fort-de-France. Sous un soleil de plomb au joug menacé par les grains, le Nordiste et son co-skipper, Morgan Lagravière, venaient de franchir les premiers la ligne d’arrivée de la Transat Jacques Vabre sur leur monocoque Imoca LinkedOut. Une victoire éclatante – leurs poursuivants ne sont attendus en Martinique que ce vendredi, dans un décor de rêve. Voilà le combo idéal pour chasser définitivement les derniers nuages encore logés, peut-être, dans un coin de sa tête.

Dix mois plus tôt, la nuit, le crachin et les larmes l’avaient escorté aux Sables-d’Olonne, lors de la traditionnelle remontée du chenal. Heureux et soulagé de retrouver Anne-Laure, sa compagne, et Zélie et Basile, séparés de leur papa depuis 80 jours, Ruyant nourrissait aussi de la frustration après une 6e place qui ne faisait pas son bonheur. Boucler son premier tour du monde, après

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 81% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 1€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous