Le Brésil a écrasé le Ghana en match amical ce vendredi (3-0). Neymar et ses coéquipiers ont fait vivre un véritable cauchemar au Ghana.

TOPS

Une attaque de feu

Le sélectionneur brésilien Adenor Tite avait misé sur un quatuor d’attaque Neymar – Raphinha – Vinicius – Richarlison. Quel choix payant de la part du technicien ! Les quatre hommes ont régalé face au Ghana, surtout en première période. Dès les premières minutes, ce quatuor a mis en difficulté la défense adverse. Neymar a régalé sur la gauche et lancé Vinicius Junior en profondeur. L’ailier du Real Madrid centrait en retrait au sol pour Lucas Paqueta qui frappait, juste à côté du poteau gauche (8e). Une séquence splendide du Brésil intervenait quelques instants plus tard. Vinicius réalisait un splendide extérieur du pied droit pour Raphinha mais le Barcelonais loupait sa reprise de l’intérieur du pied (15e). Malheureusement, en seconde période, deux de ses quatre hommes allaient vite être remplacés (60e).

Le «Joga Bonito» brésilien

Le Brésil a réalisé une prestation spectaculaire et a retrouvé ce jeu si séduisant qui faisait de lui une référence du football mondial. Les beaux gestes techniques se sont enchainés. Il ne faut pas oublier le geste fou de Raphinha, lorsque le Barcelonais tentait un geste de grande classe, un retourné acrobatique, qui passait juste à côté (17e). On a également pu assister à de merveilleuses séquences collectives comme sur le premier but de Richarlison. Neymar, trouvé en plein axe du terrain, adressait un ballon au sol dans la course de Richarlison juste devant la surface. Le joueur de Tottenham frappait en première intention, dans le petit filet gauche du gardien ghanéen (28e). Magnifique !

FLOPS

Un Ghana trop admiratif du Brésil

Si le Brésil a été époustouflant d’adresse et de maitrise, le Ghana, lui, a fait preuve d’une passivité abyssale. À l’image de son joueur qui restait au sol pendant de longues secondes après un crochet dévastateur de Vinicius, le Ghana était à terre pendant toute la première mi-temps. Cette équipe ghanéenne était certes limitée mais beaucoup trop timide. Les Ghanéens ont élevé leur niveau de jeu après la pause mais n’ont pas réussi à trouver la faille.

Une deuxième période ennuyeuse

Lorsque l’on mène 3-0 à la pause face à une équipe plus faible, la tendance est à se relâcher. Et cela n’a pas loupé. Cette seconde période a été pauvre en occasions, coupée par les nombreux remplacements. On peut retenir cette action ghanéenne sur laquelle Williams fait la différence côté droit et obtient un corner. Sur le coup de pied arrêté, André Ayew place une tête repoussée par la barre (57e). Sinon, plus rien mis à part ce sauvetage de Salisu en fin de match (87e). Rodrygo est lancé à gauche et enclenche une frappe croisée. C’est repoussé par Wollacott et le cuir retombe sur un brésilien, seul devant les cages, mais Salisu s’interpose sur sa ligne. C’était les deux seules occasions de cette triste seconde période.