Le match XXL de Cicaldau, la désillusion de l’OM en Ligue Europa et les choix douteux de Sampaoli, retrouvez nos Tops et Flops de Galatasaray-OM (4-2).

Tops

Le match XXL de Cicaldau

Impliqué sur les deux buts de Galatasaray, Cicaldau a été dans tous les bons coups de son équipe. Dès la douzième minute de jeu, le Roumain s’est mis en évidence en ouvrant le score pour les Turcs. Servi dans la surface, le milieu de terrain a mis sur orbite ses coéquipiers en trompant la vigilance de Pau Lopez. À la demi-heure de jeu, Cicaldau a récidivé en délivrant un centre en retrait, dévié au fond des filets par Caleta Car.

Galatasaray en balade dans le groupe G

En difficulté en championnat, Galatasaray rayonne sur la scène continentale. Grâce à cette victoire, les Turcs ont validé leur billet pour les seizièmes de finale de la Ligue Europa. Une qualification acquise au terme d’une phase de poules rondement menée, en atteste leur invincibilité depuis le début de la compétition. Meilleure défense avec un seul but encaissé, Galatasaray a dominé de la tête et des épaules ce groupe G.

Flops

Un parcours en demi-teinte

L’Olympique de Marseille quitte la Ligue Europa par la petite porte. Sèchement battus à Galatasaray, les Olympiens sont éliminés de la compétition sans avoir remporté la moindre partie en cinq matches. Une déception immense, tant les Phocéens étaient attendus sur la scène continentale. Incapables de prendre le dessus sur le Lokomotiv Moscou ou les Turcs lors des matches allers, les protégés de Jorge Sampaoli peuvent nourrir des regrets.

Une défense aux abois

La seconde défense de Ligue 1, a été aux abonnés absents face à Galatasaray. À l’instar de la performance de Luan Peres, les défenseurs de l’Olympique de Marseille ont été dépassés sur chaque offensive des Turcs. Le quatrième but de Galatasaray illustre à merveille ce manque de solidité défensive. Sur un coup franc anodin dans le camp turc, Ryan Babel, fraîchement entré en jeu, a pris le dessus sur Saliba et a permis aux siens de reprendre une avance de trois buts.

Jorge Sampaoli, des choix douteux

En l’absence de Dimitri Payet et Cengiz Under, Jorge Sampaoli a bricolé et n’a pas effectué des choix payants. Le technicien argentin avait décidé de mettre en place un 4-4-2 lorsque ses joueurs avaient le ballon. Pour animer les ailes, l’ancien entraîneur de Séville a réservé quelques surprises en alignant Matteo Guendouzi à droite, et Pape Gueye sur le flanc gauche. Une expérimentation infructueuse qui n’a pas été couronnée de succès et qui a freiné les velléités offensives du club phocéen.