Le parcours de la 5e étape du Tour de France a été modifié pour des raisons de sécurité liées à la route pavée, a annoncé l’organisation mardi

Le parcours de la 5e étape du Tour de France a été modifié en raison d’un aménagement urbain qui rendrait dangereuse l’approche du premier secteur pavé le 6 juillet, a-t-on appris auprès de l’organisation.

En conséquence, la distance de l’étape entre Lille et Arenberg Porte du Hainaut, initialement de 153,7 kilomètres, a été augmentée de 3,3 kilomètres, pour atteindre 157 kilomètres.

«Par rapport à nos reconnaissances de l’automne dernier, un îlot a été mis en place de chaque côté de la route à 500 mètres de l’entrée sur les pavés», a expliqué à l’AFP le directeur de course Thierry Gouvenou à propos de ce que les techniciens appellent une «écluse», autrement dit une «chicane».

«Cet aménagement a été installé dans le but d’améliorer la sécurité routière mais pose des problèmes de sécurité pour un peloton qui sera très certainement lancé à vive allure à l’approche du premier secteur pavé. L’entrée sur le premier secteur pavé, c’est comme une ligne d’arrivée», a ajouté le directeur de course.

La solution adoptée en remplacement consiste à emprunter ce secteur pavé, entre Villers-au-Tertre et Fressain au sud-est de Douai (Nord), en sens inverse, sans modifier la distance totale de pavés qui reste de 19,4 kilomètres.

«Les routes sont de moins en moins adaptées aux courses cyclistes», a souligné Thierry Gouvenou, qui s’inquiète pour les prochaines éditions du Tour et des autres épreuves.